Instagram






The Gateway, 2019

sculpture, Brique en terre crue chamotées.



On perçoit de moins en moins les expériences extra-corporelles comme provenant du mystique voire du spirituel. Toutefois cela n’a pas toujours été le cas. Le mouvement de la conscience hors du corps m’intéresse depuis longtemps. Des recherches m’ont permis de trouver une source d’information exceptionnelle : un rapport de l’armée américaine datant de 1982, déclassifié en 2003. Celui-ci a pour sujet la possible réalisation de la décorporation par la physique quantique et la science des variations d’ondes et de fréquences. Ainsi, il donne la parole à plusieurs scientifiques éminents de l’époque dont Itzhak Bentov. Ce document décrypte les expériences de l’armée sur ce thème, menant à se poser la question du rapport entre la conscience humaine et l’univers comme il est établi. La pièce proposée ici se base sur ces recherches amenant une nouvelle vision de la réalité et mélangeant les théories scientifiques à l’ésotérisme. Il apparaît alors un jeu intuitif entre ces notions.

L’atome est constitué de deux électrons situés autour du noyau, basé sur des grilles d’énergies oscillantes, comme le noyau de l’atome lui-même. La matière solide , elle, dans la strict définition du terme, n’existe tout simplement pas. Cette structure atomique de la matière est plutôt composée de grilles d’énergies oscillantes entourées elles-mêmes par d’autres grilles d’énergie oscillantes en orbite autour du noyau, à des vitesses extraordinairement élevées.

Stalking the Wild Pendule de Itzhak Bentov. / dossier déclassifié The Gateway Project par Le commandant Wayne McDONNELL. 1982 .

Les champs d’énergies constituent ce que nous sommes. Entre ces champs n’existe que l’état de transition : du fluide au solide, du vivant au mort, du corps à la conscience distendue. Dans ce travail, Gateway, le changement de fréquence sculpte le temps, le freine afin d’y voir apparaître ces instants de transition , ce moment où tout passe d’un état à un autre : ce moment de décorporation de la conscience. L’ équilibre est  constant et pourtant, précaire.

Photo d’exposition Le Fantôme en dehors de sa coquille, Pavillon de la Courrouze, 2019
Mark